Alors que le monde (presque entier) se pare de nos couleurs et partage nos valeurs et les douleurs des familles anéanties, la trêve n' aura duré que le temps d'un congrès. La honte vient des bancs de l'Assemblée, et le pire est qu'elle est censée NOUS représenter. Quelques exaltés auraient de bonnes raisons de la quitter. Que leur nom n'entre plus jamais dans une urne. Chacun reconnaîtra les siens.

Le congrès a coûté 200 000 €. Cela paraît beaucoup mais il n'en est rien. Ce n'est pas guéant qui nous dira le contraire. Quand en 2009 NICOLAS SARKOZY l'avait réuni, le coût avait été TROIS FOIS plus élevé, dans des circonstances incomparables. 

Alain MARSAUD élu des français de l'étranger nous explique qu'il ne fallait pas s'occuper de ce qui est un charnier. Alors, dites non aux expatriés que vous prétendez "représenter". Ce sont "des français de l'étranger" alors que les "étrangers de France" ne sont que "des migrants" qui devraient tous porter un collier. 11 députés, 12 sénateurs 442 conseillers consulaires pour donner des leçons. Alors que TOULOUSE hier au soir réunissait en l' Église Saint Etienne 2 000 personnes pour une messe œcuménique permettant la communion de toutes les religions. La place du Capitole aujourd'hui encore, noire de monde, alors que la ville rose a connu des instants très graves et garde encore le souvenir de zones restées sombres ...

Même les "ULTRAS" de l'O.M. déploient une banderole "NOUS SOMMES TOUS PARIS".

C'est M. WAUQUIEZ, M. JACOB qui se distinguent encore.

Monsieur LAGARDE, chef du "filet" de l'UDI nous explique aujourd'hui qu'il connaissait parfaitement le fruit et surtout les vers qui y avaient leur nid. Le drame aurait pu être évité. Il était bien renseigné. Que n'a t-il pas plus tôt exercé son pouvoir de Police. Le ridicule ne tue pas, mais preuve est faite qu'il y contribue.

Qui a supprimé de nombreux policiers, leur a reproché de fréquenter les gamins des cités en jouant au football avec eux, à Toulouse. Il vaut mieux les laisser se radicaliser et tenter de se rendre dans les stades et en faire des stars de spectacle.

En deux cent kilomètres de route il n'est pas rare de rencontrer plusieurs patrouilles bardées de matériel démontant que vous êtes un grand délinquant. C'est la cas de tous les représentants de commerce. Enfin arrivés chez le client, le danger est toujours plus présent quand ces imbéciles pour une simple paye proportionnelle au chiffre d'affaire n'hésitent pas à dépasser le temps de stationnement. Criminels potentiels, on vous aura, non pas au tournant, mais en ligne droite, c'est plus rentable.

Pendant ce temps là les kalachnikofs et leurs gentils porteurs passent par les trous de gruyère que sont les frontières, en profitant pour ramener quelques "stimulants" et un peu de monnaie elle aussi blanchie au point d'en être "transparente". La classe moyenne ne fait que progresser, il reste de la marge dans la course à la pauvreté.  

La liste serait longue de ceux qui ne veulent que garnir la gamelle alors que la liste des victimes n'est toujours pas close. Les 352 blessés sont maintenant tous identifiés, mais pas tous sauvés. Pour les victimes 117 sont identifiées mais douze corps n'ont toujours pas de nom.

Vos sifflets, mesdames et messieurs nous ne les avons pas toujours compris, mais sachez que nous les avons bien entendus. C'est aux nations solidaires et aux familles détruites que vous les avez adressés. Vous vouliez un grand destin, vous obtiendrez le plus grand dédain.

Monsieur LE DRIAN, si vous quittez le gouvernement pour présider une région, votre nom entrera dans l'histoire mais ce ne sera pas pour la gloire. Vous avez acceptez une mission qui s'avère de la première importance dans notre situation. Faîtes le choix de la mener à bien.

La trêve, les canetons ne l'ont pas cassée. Citoyens morts et meurtris du BATACLAN et d'ailleurs, certains le voient de là haut: LES BÊTES À CLANS NE DORMENT PAS LONGTEMPS.