CM 24 octobre

RÉUNION PRÉVUE DU CONSEIL MUNICIPAL D'AZEREIX MERCREDI 28 OCTOBRE à 21h  00

Encore une œuvre d'un plaisantin vous dira t-on. La réunion n'est pas annoncée sur le site d'information de la mairie d'AZEREIX, lien permanent entre le Conseil Municipal PRG et des canetons qui valent à peine le droit d' être administrés. Légalement, la réunion aurait dû certes avoir eu lieu avant le 08 octobre, mais les mentors de service, expérimentés attentifs et sages ne peuvent pas à la fois augmenter leurs indemnités et les vos impôts et se priver de vacances,  budgétées depuis longtemps. Et puis mieux vaut tard que jamais. L'invitation figure bien depuis le 24 octobre sur le panneau d'affichage bien abrité. La Préfecture a été légalement informée dans le même délai.

Mais il est inutile de vous déplacer. L'ordre du jour ne vous concerne pas.

• Extension Nineuil et Candélabre stade: aucun intérêt puisqu'il s'agit d'électricité et qu'il n'est pas nécessaire que vous soyez au courant, au risque d'augmenter la tension et de diminuer l'attention. Vous auriez pu penser qu'il se parlerait de Jacky NINEUIL, qui avait officié en qualité de chef dans un restaurant à AZEREIX aujourd'hui fermé. Cet "hyperactif survolté" est alors parti dans le Tarn laissant AZEREIX à ses transformateurs et candélabres délabrés.

• ONF: prix de stères, des parcelles et délivrance des coupes, cela n'est pas non plus votre problème. Les foyers sont raccordés à l'électricité et au gaz . Les autres, on s'en FIOUL.

• Nouveau contrat de maintenance chauffage..." N'oubliez pas de ramoner."

• Travaux voirie - avenant marché Routière des Pyrénées. " Vous serez prévenus, mais votre présence serait malvenue."

• Projet de Schéma départemental de coopération Intercommunale. Il doit s'agir de la carte avec laquelle fait joujou madame la Préfète, comme il s'est dit du côté de Lourdes.

• Parlem  Le sujet parle tout seul à l'heure du caneton occitan.

• Personnel communal-frais de formation: Pas de quoi engager des frais d'information.

• Questions diverses: Elles ne  peuvent faire l'objet que de discussion, mais pas de vote ni de délibération. Le contrôle de l'assainissement, le recensement de la population, le compte rendu des activités de la CCCO, le prix des repas de la cantine et l'école, autant de sujets qui ne vous concernent pas, parents d'élèves ou pas. Comptez sur vos élus comme ils comptent sur et pour vous. Vous pouvez regarder la Télévision en attendant le compte rendu habituel, même endroit et même heure qu'habituellement. (Page GRAND TARBES).

VOUS NE SAUREZ RIEN NON PLUS SUR LA RÉUNION "SECRÈTE" tenue en mairie d'AZEREIX par quelques MEMBRES TRIÉS SUR LE VOLET en fin de la semaine 43...

LA RÉVOLTE DE LA C.C.C.O. Des MENTORS aux MENTEURS

Si la réciproque n'était pas vraie, le maire président PRG de notre communauté n'a jamais jugé utile de communiquer, surtout dans la Presse, trop peu fiable et très peu lue, alors qu'en une paire d'heures n'importe quelle rumeur fait trois fois le tour du village.

La seule fois où il a voulu les laisser agir, et voilà un joli mandat de parti. (C'est le mot juste)

La CCCO s'était réunie à huis presque clos le 17 septembre. Un communiqué de Presse avait été fait, mais sans doute déformé par le pigiste de service. C'est ainsi que les membres réputés réunis en intégralité étaient censés avoir voté à L'UNANIMITÉ contre le projet d'intercommunalité prévu depuis 2010 par la loi NOTRe , et mis en place par Madame la Préfète. Nous laisserons de côté divers sujets pour attirer l'attention sur quelques point tenus bien au chaud. Les dettes sont renégociées, taux plus faible, mais durée de remboursement allongée. Quand les temps sont durs il faut augmenter les impôts pour préserver ses indemnités, mais emprunter pour payer les intérêts de la dette... Heureusement que nous n'en sommes pas là.

Il y en a d'autres et des meilleures: 1 000 boîtes pour des restaurateurs pour ramener les restes des assiettes non terminées. ( Fini le temps ou l'on disait: Tu sortiras de table quand tu auras terminé ton repas". Il faut diminuer les déchets, mais pas trop quand même, aussi pour apposer sur les boîtes 1 000 auto collants seront commandés avec les logos du département et de la CCCO. (Celui du CANeTON d'OSSUN, ils l'ont oublié ?)

On le savait, les sacs jetables ce serait terminé. 500 sacs à pain réutilisables en tissu floqués de logos seront distribués. Chaque jour vous pourrez "recharger" votre sac à miettes. Si vous les gardez bien d'un jour à l'autre à la fin du mois vous aurez peut-être récupéré l'équivalent d'un pain rassis. Et dire que tous les papiers et enveloppes du Conseil Général sont à jeter pour cause de Conseil Départemental. Ce sont aussi 300 verres doseurs gradués et  floqués qui seront réalisés pour doser au plus juste les féculents et ne pas jeter les aliments. Mais vous le savez déjà puisque la "première" a eu lieu normalement dès le 15 octobre donc avant même le compte rendu.

Précision intéressantes le compte rendu de la CCCO indique que la délibération fera l'objet d'un affichage DANS TOUTES LES COMMUNES DE LA CCCO et MENTION DANS UN JOURNAL DIFFUSÉ DANS LE DÉPARTEMENT. AUJOURD'HUI EN FRANCE TRÈS PROBABLEMENT.

Le  point suivant n'est pas inintéressant puisque le Président demande de discuter du devenir de la CCCO et de délibérer sur un texte qui sera présenté le 18 septembre en Préfecture, soit le lendemain. Il a toujours su anticiper et faire l'unanimité, le cher président.

Madame Virginie LANUSSE regrette que la présentation des enjeux et des arguments à sens unique et systématiquement  contre le projet présenté par madame la préfète n'est pas forcément mieux, notamment pour les enfants.

Madame CURBET est d'accord avec la délibération proposée par le Président contre le projet tout en ajoutant que la porte reste ouverte à des communes limitrophes des Hautes Pyrénées ou des Pyrénées Atlantiques.  L' intercommunalité étendue à un autre département et même plus, à une autre région. Du côté de Toulouse et Montpellier certains canetons ont émis l'idée que la CCCO et TARBES pourraient rejoindre le GRAND PAU. Au lieu de trois enclaves dans la CCCO on aurait, quatorze communes de la CCCO et TARBES enclavées dans un autre département et une autre Région. De quoi entrer dans l'histoire et faire oublier à jamais Bertrand BARÈRE de VIEUZAC.

Alain LUQUET est plus catégorique encore. Le président doit disposer d'un mandat clair et Madame la préfète devra s'y conformer. Qu'elle se le dise et le fasse savoir à l'ÉTAT qu'elle représente.

Dernière précision pas inutile, alors que le "communiqué" de presse mentionne que la décision a été prise à " l'UNANIMITÉ " le compte rendu officiel précise que quatre des délégués de la commune de JUILLAN ont refusé de prendre part au vote: MM SAYOUS et DUBIÉ et Mmes LANUSSE et HARAMBAT. Ils sont imités en cela par les deux déléguées de LOUEY M. LABORDE et Mme PICHON, sans explication de vote est il précisé. Ces deux là ont montré l'exemple lors des dernières départementales. Ce serait mal les connaître que de les prendre pour des "imitateurs". Le score des élections reflète le point de vue des canetons. Prendre les autres pour des cons ne rend pas pour autant intelligent.

Pour qui sait compter ce ne sont pas quatre et deux élu(e)s qui ont refusé de voter mais SIX.Pourquoi ne pas dire que ce sont tous les autres qui ont imité RICAUD et LUQUET , par exemple.

L'explication est simple: S'ils n'ont pas voté pour, c'est peut-être parce qu'ils n'étaient pas d'accord. 4 + 2 = 6 alors que 2 + 4 ne font que 6, presque à l'unanimité.

La différence la plus profonde: l'intelligence et une vision réaliste de l'avenir. La connaissance de la vie de l'entreprise, privée surtout. La prise de risque, la gestion quotidienne, du matériel mais surtout du personnel. Le client que l'on doit d'aller chercher, parfois avec les dents. L'obligation de le satisfaire pour le conserver et en faire son meilleur support publicitaire par le bouche à oreille. le personnel qui voudrait gagner sa vie dignement tout simplement tout en gardant une vie de famille. L'heure de l'embauche, celle ou le banquier appelle annonçant l' "impayé" qui vient d'arriver . Tous les impondérables, les imprévus. Le jour quotidien pour gagner son pain et ne pas y laisser ses biens, sa santé, sa famille.

D'autre part la majorité des élus, nourris de subventions, qui votent eux mêmes le montant de leur paye. La plupart sont issus de l'enseignement, de la fonction publique territoriale, du monde syndical à la française: statut privilégié, emploi préservé, etc...

Pas besoin de connaissances, de formation particulière, Le travail, ça se délègue. Il suffit de savoir tenir son agenda, d'être là où il faut, au moment du ruban à couper, du cocktail "déjeunatoire" de la presse qui vient (ou pas) mais fera l'article et la gloire de l'élu. L'entreprise qui à vu le travail délégué n'y est pas conviée. Les mains de travailleurs sont trop sales pour pouvoir être serrées. En plus ils ont fini le boulot, et sont repartis sur le terrain à la recherche du pain pour le lendemain...