LEVONS LE VOILE SUR QUELQUES ASPECTS DE LA RÉFORME DE L'INTERCOMMUNALITÉ.

C'est seulement en date du 18 09 qu'a été édité le projet de réforme de l'intercommunalité sur notre département par madame la Préfète, pour diffusion et discussion par les élus des différents Conseils, syndicaux , municipaux et intercommunaux.

Dès lors on peut légitimement s'interroger sur des prises de positions d'élus avant aval par les élus lors de séances publiques des réunions des structures.

C'est le cas évident pour la CCCO qui exprime dans la presse avoir explicité un refus à l'unanimité du projet présenté. Sauf que ce vote aurait eu lieu le 17 09, avant l'édition même du projet. Il s'avère aussi que le Conseil Communautaire n'a été ni convoqué, ni réuni, pas plus que les conseils municipaux des communes du canton. Il leur faudra peut être mettre à jour leur agenda. Même s'ils ont adoptés le service minimum d'une réunion publique par trimestre, le conseil municipal d'AZEREIX doit se réunir avant le 08 octobre et la C.C.C.O. avant le 16 octobre.

C'est dans la rubrique relative à la Justice que  la plume acide d'une supportrice inconditionnelle du PRG  indique qu'un "comparant" aurait dû s'appeler Dimitri ou autre prénom russe sous prétexte qu'il avait une carrure de cosaque. Elle a oublié de nous dire comme l'aurait fait Nadine Morano s'il était de race blanche. C'est la même qui moquait une dame  âgée, aujourd'hui décédée avec un titre ravageur "la mémée  Magot " d'un village de paysans dont les champs sont depuis occupés par des habitants dignes de son rang. Une idée théâtrale "La Bourgeoise Gentledame"  Elle ne manquera pas de porter au pinacle quelques années plus tard celui dont le PRG voulait faire son élu départemental. Spontanément la presse locale placardera dans tout AZEREIX l'annonce de la liste RICAUD. Au lendemain de sa glorieuse victoire, non contente de la saluer elle s'acharnera sur la liste adversaire salissant des gens au moins aussi honorables qu'elle: artisans, commerçants, employés, professions libérales, chefs d'entreprise, retraités. Elle ne refuse pas, contre écus bien sonnants, de leur vendre dans son journal des pages de publicité. Elle a du bien pleurer quand après la rivière, son cheval est tombé, une autre casaque l'ayant distancé.. On s'ennuie sans doute dans la salle des pas perdus, mais qu'est ce que l'on rigole au sein du palais, en narrant la misère. On attend en bavant sa narration quand le jugement "du mur des cons" sera rendu public. 

OCCITANIE comptera 13 départements  suite à la fusion du Languedoc Roussillon et de Midi Pyrénées.

Languedoc-Roussillon, c'est 5 départements, 1545 mairies, 93 intercommunalités.

Midi-Pyrénées, c'est 8 départements, 3020 mairies, 185 intercommunalités.

Autant dire beaucoup de monde au balcon au moment de percevoir le pognon des canetons. Peu sont connus et rares sont ceux qui connaissent leur député ou leur sénateur. Les premiers, ils ne les voient jamais. Absents à Paris pour cause de travail dans leur circonscription, on ne les y voit pas non plus au motif qu'ils sont à Paris. Les seconds ne servent à rien, mais cela fait toujours des chômeurs en moins.

La loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République a été votée le 07 08 2015 et promulguée le lendemain.

Le SDCI (Schéma Départemental de Coopération Intercommunale) semble être une découverte par nos élus alors que ses modalités datent du 16 décembre 2010 et sa révision doit être arrêtée avant le 31 mars 2016, date entre autre, de l' anniversaire du maire d'OSSUN.

Après un état des lieux et d'informations sur le SDCI et la loi NOTRe, le quatrième volet du projet mijoté par Madame la Préfète, goûteux comme un caneton aux olives, présente la situation concrète sur notre département de 474 communes, 139 structures intercommunales et 6 syndicats mixtes ouverts c'est à dire associant d'autres personnes morales de droit public. C'est tellement énorme que le tableau récapitulatif est entaché d'une erreur puisque l'addition donne 144 structures intercommunales et non 139, mais on n'est pas à cinq communautés de communes près. 25 EPCI (Établissements Publics de Coopération Intercommunale) vont devoir légalement fusionner sur les 30 existants. Le nombre de communautés passera de 30 à 9 et le nombre de syndicats de 120 à 77. L'émiettement excessif des structures intercommunales alourdit le millefeuilles, les coûts et les impôts pour ne laisser aux canetons que les miettes.

Mais le bât blesse nos élus qui vont y laisser des plumes qu'ils ne percevront plus de la part des canetons. On ne prend même pas en compte le fait qu'avec le cumul des mandats certains élus n'ont quasiment que les indemnités dites de fonction pour vivre grassement..

Ils se plaignent de la baisse des dotations d' État en oubliant de dire que c'est eux qui ont voulu la décentralisation. Ils ont multipliés les postes et revendiquées des compétences. Soudain le travail leur est rendu en même temps que le pouvoir. Fini le recours aux services déconcentrés de L'État. C'était pourtant bien commode et le plus souvent, grâce au copinage les dossiers étaient "instruits" selon le bon vouloir des élus. Pour se sortir de leurs carences, il ne restait qu'à déléguer le travail à des sociétés privées. Le fameux P.P.P., Partenariat Public Privé, vus par beaucoup comme le Pognon Public Privatisé.

À AZEREIX l'assainissement est en affermage. Le travail de Véolia est confié à la Lyonnaise des eaux, mais absente sur place, elle soustraite le travail à ...Véolia. C'est juste un peu plus cher... et cela évoluera encore puisque au 1° janvier 2020 l'eau et l'assainissement deviendront des compétences obligatoires des EPCI à fiscalité propre.

Une route à goudronner et une commission d'appels d'offres incapable de décider. C'est un palois qui décidera.  La commission, qui la touchera ? et l'entreprise qui la choisira et comment ?


Pour notre intercommunalité, Il faut donc simplement prendre en compte:

• Les bassins de vie

• Les densités de population des communautés de communes

• La liste des EPCI à fiscalité propre de 2014

• La carte des SCOT (Schémas de Cohérence territoriale)

• La carte des PETR (pôles d'équilibre des territoires ruraux)

• La liste des syndicats intercommunaux

• La carte de nos 17 cantons

Faire réduire  à feu doux, pour éviter d'inévitables débordements, faire sauter syndicats et communautés, saisir le tout, laisser refroidir avant de servir, mettre les déchets (principalement les élus trop cuits dans le bac des non recyclables), servir aux canetons et leur porter l'addition. En cas de réclamation ne vous en prenez pas à la serveuse, mais virez le chef.

UN EXEMPLE DE PLAT CUISINÉ: TERRINE DE CANETONS À  LA SAUCE TARBES-OSSUN-LOURDES:

Le Bassin (partie au dessus des jambes et en dessous du tronc) en le lieu de vie des canetons Tarbais et Lourdais étendu aux territoires plus ruraux appartenant au même Schéma de COhérence Territoriale (SCOT)  d'où la logique de la complémentarité et de la solidarité de la canarderie agrandie. TARBES, capitale Bigourdane et LOURDES de renommée internationale.

A l'étranger, faite l'essai: dites que vous habitez Tarbes, on vous regardera de travers. Dites "À côté de Lourdes" on vous répondra "Ah oui, la vierge Marie."

A Toulouse, dites Ossun, on vous demandera "ou c'est ?" Dites "à côté d'Azereix" on vous répondra "Ah oui, le crématorium."

Sans cette union assez large, comparable au grand PAU mais moins compétitive, il sera difficile d'exister. L'aéroport fonctionne par les vols des pélerins mais c'est souvent UNITALSI qui fixe les prix: c'est ça ou direction Fatima. TOULOUSE absorbe les sièges régionaux des grandes sociétés. Pour les tours opérators  PAU-LOURDES ou TLP-LOURDES, c'est KIF-KIF BOUR-RICOT (et non, je l'ai pas faite)

C'est donc une communauté d' environ 120 000 canetons qui peut rivaliser, même si ce n'est pas gagné.

Le principe est donc d'ouvrir le cœur Tarbes Ossun Lourdes  (CAGT, CCPL, CCCO) à des territoires limitrophes, BIGORRE ADOUR ECHEZ vers le nord (Qui n'associe pas TARBES à la Bigorre, à l'Adour et à l'Echez ?), GESPE ADOUR ALARIC au sud et BATSURGUÈRE au sud-est pour sa situation géographique. Un mariage à six et moins d'élus assis.

Du point de vue des ingrédients le plat paraît correct. En terme strict de la loi les enclaves du canton d' Ossun ne devraient pas être rattachées à cette communauté, mais l'histoire et le cœur invitent à garder cette exception puisque chaque règle en a une en pays gaulois. On pourrait aussi se poser la question pour Lamarque-Pontacq et Pontacq qui est dans un département qui ne sera pas dans notre nouvelle région.

Il ne faudrait pas non plus que ces villages enclavés soient mis à l'écart des investissements . Séron a des difficultés avec ses réseaux d'eau et de téléphone dont les débits ne sont pas suffisants. Qui réglera les problèmes ? Le cœur dit oui mais la raison est moins sûre.

On peut aussi s'étonner de quelques "erreurs" de chiffres" concernant le présent et le futur projeté. Il ne semble que cela ait été constaté par les élus eux mêmes. Il restera  enfin les soucis de GOUVERNANCE et le NERF de la GUERRE: LA FISCALITÉ.

Les compétences ne sont pas un réel problème. Il conviendra juste de les harmoniser. Au cas d'espèce, il s'agit surtout d'incompétences, puisque aucun des élus ou des syndicats n'a été capable d'identifier et de dénoncer le passé du "dirigeant " de MG CALL. MOHAMED GUÉDAY, qui avait déjà sévi ailleurs. La CCCO s'en prend aujourd'hui à MG CALL. Pourquoi son Président n'a pas déclaré plus tôt l'arnaque qu'il dénonce un peu tard? Il ferait mieux de mettre sur son site le nombre d'entreprises qui ont fait un "Bonjour" "AU-REVOIR", les panneaux indicateurs étant recouverts d'un grand ruban noir. Arrêtez de nous parler de chiffres: PUBLIEZ-LES.

DES COMPTES ÉRRONÉS DES ARTICLES TROMPEURS

On nous présente un article illustré d'une photo ou l'on voit le président RICAUD, de la CCCO au côtés d'André BARRET, président de la Communauté de Communes Gespe Adour Alaric.La coopération est forte entre les deux. La photo date un peu (début 2014). Pas moins de 37 membres titulaires du conseil communautaire pour l'une et 27 pour l'autre 

L'état des lieux indique 9 communes pour la CCGA, alors qu'il semble qu'il n'y en ait que 8. Mais nous ne sommes pas à quelques communes près. C'est le nombre d'élus et leur travail acharné qui compte avant tout. Sur le site de la CCGA on vous souhaite une bonne année mais c'était en ... 2013 Depuis , rien ne s'est passé? Le site de la CCCO vaut aussi le détour, comme celui d'Azereix dont les mises à jour et le contenu laissent "songeurs", par l'aspect "passerelle permanente" entre élus et larbins. Pour le grand Tarbes 16 communes sont comptées dans l'état des lieux alors  qu'il semble que le nombre soit de 15. Qu'importe le détail . Le total lui, est presque bon. 71 avant fusion si on refait l'addition et 70 après. Données corrigées de variations saisonnières, erreur informatique, un virus peut-être ou une erreur de dessinateur ? Peut être aussi un nouveau scoop anticipé. TARBES qui veut quitter le GRAND TARBES est peut-être comptée dans la CCGAA , par confusion de BARRET et de RICAUD, tant CCGAA et CCCO ont de points communs.

Si ce sont les comptes du caneton qui sont bons ce seront donc 69 communes qui seront unies, avec toutes les économies d'échelle que cela doit apporter.

Errare humanum est; Co-errance universelle; Erratum en cours de rédaction.     

POUR LES QUESTIONS DE GOUVERNANCE:

Une chose est certaine, ce sont les canetons qui paieront l'addition. Si le résultat est le même que pour les cantons, les diviser par deux mais pour multiplier le nombre des élus, alors ce n'est pas la peine de compter sur les canetons. Le coût est supérieur, puisqu'il faut maintenant changer toute les circulaires, les papiers à entête, et financer tous les changements inutiles que cela va générer pour une structure départementale dont on se pose la question de l'opportunité de son maintien. Une usine à gaz ou rien ne se décide est-elle vraiment utile  en ces temps difficiles pour tous ceux qui n'ont pas la chance d'y être bien planqués?

Le reste semble t-il est une affaire d'égo, de pouvoir et d'indemnités. Sur ce point là la réponse sera claire et fidèle à l'esprit caneton: "Vos états d'âmes mesdames et messieurs, nous n'en avons strictement rien à foutre. Nous ne sommes pas là pour vous cirer les pompes." 

Ce sont les élus qui doivent servir le peuple et pas le peuple qui doit vous servir et vous nourrir. Faîtes nous la grâce de ne pas vous sacrifier pour nous. Laissez donc la place à moins gourmands que vous.

Le nombre d'élus en France et de dilapideurs de richesses est hors de proportion de nos moyens. Quand dans une administration fiscale une employée répond qu'elle ne connaît pas l'adresse de son ministère de tutelle cela en dit long sur son activité et sa présence indispensable dans notre société. Et comme celle là, il doit  y en avoir des centaines et même des milliers. Payons la à rester chez elle. Elle ne polluera pas, ne gaspillera ni papier, ni téléphone, ni notre temps. Pour l'électricité l'économie sera moindre ... Comme on dit souvent... elle ne doit pas avoir la lumière à tous les étages.

C'est certains que le nombres d'élus indemnisés chutera considérablement, mais certains perdront Pouvoir et Pognon.

Il est certain que la jonction de la Communauté des communes du MONTAIGU avec 16 minuscules communes n'aurait aucun sens. A raison d'un représentant par commune l'équilibre serait rompu.

LA QUESTION FINALE, DU PLUS GRAND INTÉRÊT, RESTE L'IMPACT SUR LA FISCALITÉ ET LES COMPÉTENCES.

Sur ce plan là le projet proposé au vote ne paraît pas complet et même largement insuffisant. Comme toujours en cette matière on nous parle de taux, quand ce n'est pas de moyenne et de strate, mais jamais les données réelles ne sont accessibles.

Certes le projet mentionne les taux actuels de la fiscalité intercommunale de chaque intercommunalité Six pour le cas qui nous occupe: CAGT, CCPL, CCCO, CCBAE, CCGAA et CCB.le taux des quatre taxes locales est mentionné TH (Taxe d'habitation), TFB (Taxe sur le foncier bâti), TFNB (Taxe sur le foncier non bâti), CFE (Cotisation foncière des entreprises qui a remplacé l'ancienne taxe professionnelle) 

Des taux "cible" sont fixés pour chaque taxe avec une possibilité de lissage pouvant aller jusqu'à 13 ans, si les conditions sont réunies. 

Et c'est là que tout devient plus confus, plus aléatoire et peu clair pour le commun des mortels. La "technocratie " reprend le dessus .

Pour être juste et complet, il faut parler de ce que l'on donne (Toujours trop) et de ce que l'on reçoit (Jamais assez). Les dotations d'Intercommunalité vont aussi "fusionner" mais au global que reviendra t il par habitant.?

Même chose pour les compétences: fluctuantes et aléatoires Certaines obligatoires ce qui est clair, d'autres optionnelles (3 sur 7 possibles) et d'autres facultatives.Nous voila bien avancés. C'est une promesse à la François Nicolas:" tout changement devient maintenant possible."

Quand est-il des bases, de leur disparité, de leur inégalité.? Quel est le potentiel fiscal par habitant.?

On peut promettre de baisser les impôts et de passer d'un taux de 20% à 10%.

Posez la question à n'importe quel quidam: Vous préférez 60% d'impôt ou 10% on vous dira 10% bien sûr.

C'est presque du PAGNOL avec les quatre tiers dont le dernier est très gros.

À contre courant je préfère payer 60% que 10% si la base est de 10 € dans le premier cas, ce qui fera 10 x 60% soit 6 € plutôt que 10% de 600 € ce qui ferait 600 x 10% soit 60 € .

Six fois moins d'impôts en taux, mais à l'arrivée 10 fois plus d'impôt en montant.

PLUS ON PÉDALE MOINS VITE, MOINS ON AVANCE RAPIDEMENT.

Le plus triste dans l'histoire est que les leaders ont déjà pris position, sans information, sans documentation, sans discussion, sans concertation: La seule question qu'ils se posent: quel va être mon poste et que va devenir mon indemnité, sans penser à La Palisse qui un instant avant sa mort était encore vivant. Allez savoir, c'est peut être vrai pour d'autres...

Les jeux seraient déjà faits puisque quelques uns ont déjà décidé pour tous, au nom de la démocratie. Les élus seraient là pour faire décoration et déléguer le travail qui leur a été confié.  Ce n'est pas la dictature mais la Décision Collective Déléguée, la D.C.D. La dictature c'est plus dur: La pensée unique est de rigueur, l'information est à sens unique et la censure est la communication la plus sûre. 

Si vous veniez à recevoir une convocation pour une réunion publique et une décision commune, ne ratez pas un match pour rien. La convocation serait l'œuvre d'un plaisantin. Vous le reconnaîtrez facilement, il a des points sur les " I ", enfin sur les i minuscules.

LE LISSAGE: ÇA DÉFRISE ?

T.O.L. serait donc un E.P.C.I. de 70 communes et 121 448 habitants, issu du regroupement de Six Intercommunalités dont les taux de fiscalité seraient harmonisés à terme pour atteindre les taux cibles suivant: Taxe d'Habitation 11%; Taxe Foncier bâti 1,01%; taxe Foncier Non Bâti 5,27%, Cotisation Foncière des Entreprises 33,40 %. En comparant aux taux actuels on peut jouer à qui perd gagne et classer les intercommunalités par ordre croissant par rapport au taux "lissé"

Pour la taxe d'habitation le classement serait:

CCCO       CAGT    CCBAE  Taux Cible    CCPL      CCGAA      CCB

10,43%     10,71%    10,76%     11%        11,68%       14,34       16,11% 

3 intercommunalités seraient perdantes (ccco, cagt, ccbae)  et 3 gagnantes, ccpl, ccga, ccb.

Pour la cotisation foncière des entreprises le classement serait:

CCCO       CCGAA     CCBAE     CCPL  Taux Cible    CAGT    CCB

27,03%        28,28%    30,30%     32,59     33,40%     35,44%  35,88%

Quatre perdants CCCO, CCGAA, CCBAE, CCPL et 2 gagnants CAGT et CCP.

Pour la taxe foncière  sur le bâti, le classement serait :

CAGT        CCCO        CCBAE     Taux Cible   CCGAA     CCPL     CCB

0%                0%             0,195%      1.01%         3,47%      4,2%     4;78%

3 perdants CAGT, CCCO,CCBAE, 3 gagnants: CCGAA, CCPL, CCB

Pour la taxe foncière sur le non bâti, le classement serait:

CCBAE      CCCO       CAGT       CCPL    Taux Cible   CCGAA      CCB

  1.01%         2.54%        2.57%     4.44%      5.27%        21,64%    48,07%

4 perdants CCBAE, CCCO,CAGT,CCPL et deux gagnants CCGAA, CCB

Les choses pourraient paraître simples pour prendre une décision, mais ces chiffres ne reflètent en rien la réalité et nous verrons pourquoi un peu plus tard en cherchant le fonctionnement de cette usine à gaz qu'est la fiscalité.

VWGAZAUTO

UN MANQUE ÉVIDENT DE DONNÉES

L'histoire a un air qui fait penser à l'eau des collines de Marcel Pagnol.  Ni la gloire de mon père, ni le château de ma mère, mais Jean de Florette, qui multipliait sur le papier le nombre des lapins. Le papet vieillissant l'envoya au fond du puits pour transmettre à Ugolin le fruit de son larcin.

Mais Manon, en bon caneton  coupa la source de son chagrin, et les tricheurs seront justement laissés à leur sordide mais mérité destin.

Dans le cas qui nous occupe on se garde bien de nous donner pour chaque communauté nouvelle la base des impositions qui sont différentes sur les 70 communes de l'EPCI projetée. Dès lors qui pourra voter en connaissance de cause ? 

Il conviendrait pour chaque EPCI envisagée de communiquer un dossier complet et détaillé pour éclairer le vote des élus et  informer les populations.

Ces données sont publiques et parfaitement connues. Il serait quand même intéressant de les mettre en ligne avant la décision et le vote des conseils municipaux. Sinon ils se prononceront au mieux en fonction des taux, mais plus certainement "conformément au désir du chef " qui se fout des lapins et des canetons pour ne penser qu'à l'intérêt des œillets qui ornent sa boutonnière et remplissent son escarcelle.

J'espère pouvoir vous éclairer au plus tôt sur ces secrets d'alcôve, trop bien gardés.

À la CCCO par exemple le taux de 10,43% au dire de son DGS, qui engage le président et les élus, n' a jamais fait l'objet  d'un vote par cette intercommunalité. Les services fiscaux ne sont pas non plus en mesure de dire d'où vient ce taux. Tous ceux qui pourront nourrir le caneton de ces informations seront les bienvenus pour leur participation. De toutes les façons, ces données "sortiront" et si l'on veut nous les cacher... nous en tirerons les conclusions... La garde des délibérations de la CCCO est si bien assurée qu'elles en deviennent secrètes et inaccessibles. Quand les déchets iront ailleurs et que le PLUi et l'eau et l'assainissement seront de la compétence de la Région, il faudra songer à des reconversions: photographies officielles et garde armée des archives départementales : UN POSTE DE PHOTOS ... MATON au canton d'Ossun.

C'EST UN APPEL  LANCÉ PAR LES CANETONS AUX MOYENS GÉNÉREUX POUR COLLECTER DES INFORMATIONS.

Les canetons le savent trop bien à défaut d' information, ils sont victimes d'intoxication et de manipulation de l'opinion. Il vaut donc faire appel aux MOYENS GÉNÉREUX . Ce n'est pas au sein des élus qu'ils en trouveront, à de rares exceptions près. Patience et longueur de temps feront plus que force ni que rage.

LE PAYS DE LOURDES CHERCHE SA VOIE 

Et voila que les élus se mettent à penser, presque par eux mêmes puisqu'ils cherchent leur chemin  à l' éclairage de la bougie du vice-président du Grand Figeac, tant le pays de LOURDES et celui de  FIGEAC ont de points communs.

C'est le rattachement de la Communauté de Communes du Montaigu qui pose question. Cette intercommunalité n'est pas prévue dans le rattachement à TOL de six communautés.

L' incontournable Jean-Louis CAZAUBON a cette fois trouvé le chemin de la table et n'est pas occupé à fusionner les chambres d'agriculture de notre future région, sa seule préoccupation nous assurait il. Non qualifié sur la liste des Régionales sur la liste PRG dont tout le monde sait qu'il revendique depuis toujours à ce parti où il ne compte que des amis et qui sans lui ne serait rien. C'est un bon signe pour un destin commun avec son copain de toujours, maire d'Azereix, PRG lui aussi, et Président à l'unanimité de la CCCO, courtisée, enviée et convoitée. Ce n'est pas pour lui le moment de figurer sur la liste des absents excusée et de laisser filer d'autres indemnités. Il laissera à d'autres le soin de calculer combien de litres de lisier il faut distribuer par mètre linéaire de rayon de grande surface

Jean-Claude BEAUCOUESTE est formel: "C'est à nous d'élaborer le projet, pas aux énarques." C'est un peu se croire au dessus du lot et ignorer la voix cette fois, mais celle des canetons. Et oublier aussi que l'État c'est nous, les fameux canetons... Peut-être faisait il allusion à Madame la préfète, issue des rangs de cette institution, puisque son intervention venait compléter la déclaration de Jean-Claude CASTÉROT qui prétendait nous représenter au Département . Le tout puissant maire PRG de GEU, mirador du gave et de l'Adour venant de déclamer de son poste haut perché "La préfète s'est amusée avec une carte". Et il sait de quoi il parle en matière de carte puisque c'est lui le joker. GEU , maître du jeu , en quelque sorte. Certes c'est probablement un énarque qui avait mis en place les contrôles laitiers sans lequel, le patron gelésien n'aurait pas eu son métier. Certes, passée par l'ÉNA, madame la préfète n'est pas pour autant confinée dans son bureau et chaque jour s'imprègne du terrain. Un jour peut-être ira t-elle saluer les canetons de GEU, le jour de la fête annuelle le 18 octobre prochain, jour le la saint Luc et de son grand truc par exemple. (le saint patron de l' église romane du XII° est Saint Martin, mais il avait partagé son manteau pour en donner la moitié à un malheureux. Pas question de fêter pareil personnage. Il serait capable de diviser aussi le nombre des élus, des fonctionnaires, des indemnités et des subventions). L'ambiance battra son plein avec l'attraction universelle qu'est la pêche au caneton... Il serait bien dans les jardins de la Préfecture. Par contre le maire de GEU sur les bancs de l'ÉNA, on ne le vera jamais... Ce serait pourtant  un scoop pour Élise LUCET: Contrôle laitier surprise au "sein" de l'É.N.A. Les répoupets  vont enfin savoir que l'on peut être après avoir "têté". 60 ménages dont 32 de retraités oubliés de la carte. Elle connaît pas le terrain la tête chercheuse de la capitale départementale. Certes l'ajout du Montaigu ne changerait presque rien en terme de population, 1600 canetons en plus sur 122 000, c'est quasiment rien, mais en terme de communes, cette Communauté en compte 16 et sur la base d'un représentant par commune on voit bien l'intérêt de certains de faire de Joseph FOURCADE, la poutre maîtresse de l'EPCI et l'arbitre d'une élection Présidentielle. Il me semblait pourtant que le conseil était de ne pas mélanger dans la Cour de récréation les grands et les petits. 

Peut-on un seul instant croire la présidente de la CCPL qui affirme avoir été mise de côté lors de "tractations" entre le maire de Tarbes et le Président de la CCO, Michel RICAUD. On ne se parle plus au cœur du PRG ? Alors pourquoi partager le Podium lors de la Foire agricole juste avant les départementales et glorifier ce même PRG , même si l'opportunisme n'a pas souri à tous.? La déclaration choc de Mme BOURDEU qui ne veut pas se laisser souffler l'aéroport. Enfin, un peu de bon sens, le joueur de carte ne vous l'a pas dit: "Souffler n'est pas jouer".  Nous avons dit qui était propriétaire de la structure et qui en assurait la gestion.

Pour l'heure des canetons ont apportés des commentaires: L'un affirme en citant la source, que la dette de Lourdes est de 1783 € par caneton quand la moyenne nationale serait de 607 €. Le même de conseiller à la CCPL de jeter un œil au rapport de la Cour des comptes. D'autres s'interrogent quand à la fermeture de la maternité Lourdaise et d'autres encore de la volonté de TARBES de créer la dissidence, suite à la perte de la présidence du Grand Tarbes. On parle aussi de l'intérêt de certains à ne pas voir un grand hôpital commun. On ne naît plus en sa maison, gardons au moins l'espoir de pouvoir y mourir.

Qui a tort, qui a raison ? Ce qui est certain c'est qu'un projet soumis à discussion aurait déjà forgé les convictions avant même les analyses, les propositions et le vote des élus. Tout milite en effet pour nous convaincre que la chose qui importe c'est d'abord les indemnités, dites "de fonction".

LA CCCO CHERCHE PARTENAIRE

Les 27 membres de la CCCOssun cherchent une communauté partenaire car elle ne répond pas aux critères de population. Le maintien des postes et des indemnités en dépend. Déjà injustement privé des indemnités Départementales, son Président ne peut se passer de celles difficilement obtenues à l'intercommunalité. Plutôt se marier avec la première venue. La Communauté des gens du voyage pourrait convenir ou encore une aire d'accueil de 3 000 migrants permettrait de répondre aux critères. Le clin d'œil à la CCGAA, composée des communes de: Allier, Arcizac-Adour, Bernac-Débat, Bernac-dessus, Horgues, Momères, Saint-Martin et Vielle Adour, n'est cohérente ni géographiquement, ni économiquement.

Tarbes, quitter le Grand-Tarbes et venir à la CCCO serait risible. Le Parc des Pyrénées, sur la Commune d'IBOS resterait bien sur rattaché au Grand TARBES et les canetons du canton d'Ossun n'auront certainement pas l'intention ni les moyens de payer la fiscalité des tarbais.

Il est bon parfois de savoir faire quelques distinctions de races comme écrit dans notre Constitution.       

pensee-unique

Canetons race

Ne confondez pas la race des moutons avec celle des canetons.

Il est dans la vie des moments bien mérités. Récompense d'un petit président, qui devient soudain totalement transparent.

On trouvera facilement des élus de la CCCO qui exercent leur métier sur le territoire du Grand Tarbes. Les intérêts sociaux priment sur les intérêts particuliers de "loueurs" de gobelets.

La loi NOTRe change aussi la donne en matière de compétences qui sont d'ailleurs le plus souvent sous-traitées.

PYRÉNIA vient sur le même territoire, augmentant encore son "mitage"

L'enquête d'utilité publique qui porte sur 185 hectares pour agrandir PYRÉNIA, ne concernerait maintenant qu'une vingtaine d'hectares et peut-être plus rien quand la région "OCCITANIE" modifiera la donne. L'aspirateur toulousain n'en sera que renforcé. Où seront demain les sous traitants quand les carnets de commandes seront moins garnis. Où sera la formation universitaire quand TOULOUSE et MONTPELLIER seront Occitans. Où seront les grands hôpitaux, les meilleurs praticiens et les meilleurs moyens?  

Continuez à vous préoccuper de vos nombrils. Nos enfants et nos petits enfants vous en seront reconnaissants.