LA CLOCHE À SONNÉ ... MAIS POUR LA RENTRÉE

Si la rentrée était bien programmée, les programmes devraient faire la leur pour les vacances de la Toussaint.

Pour certains ce sont de vieux souvenirs, le tablier d'écolier, le tableau noir et la craie, l'odeur de l'encre et la nomination du "préposé" pour remplir les encriers, bouteille en verre et bec verseur. Le bonnet d'âne, l'image méritée au prix de douze bons points, la récrée et les cartables bourrés de coups de poings. La leçon de morale et l'instruction civique. L'ordre qui claquait: "sortez vos porte plume" (Sergent Major si vous pouvez).

Quel enseignant se risquerait aujourd'hui à ordonner "Sortez vos cartouches ?" sans préciser le calibre.

Les comptes sont faits, mais comme toujours, sujets à discussion. Quotatix le gaulois s'exerce au calcul des ratios: 12 500 000 canetons inscrits, absents compris, pour 855 000 personnels soit un enseignant pour presque 15 élèves.

Le terrain est tout autre, les classes surchargées, les enseignants sous contrat , multipliant les déplacements, les remplacements, les emmerdements. Difficile à apprendre, impossible à comprendre.

En plus le journal suisse: Le temps (c'est leur spécialité aux suisses: les comptes) nous explique que pour devenir riche, il ne faut pas compter sur l'école. Il tire son analyse d'un livre d'un riche américain (robert Kiosaki), "Père riche, Père pauvre" paru en 1997. Son père biologique , haut diplômé passa sa vie avec des soucis financiers, alors que son père spirituel fit fortune sans poursuivre sa scolarité. Kiosaki estime que les classes pauvres et moyennes travaillent pour l'argent et que les professions libérales, dont les membres sont instruits, ont des soucis financiers, car ils n'ont aucune notion de gestion de l'argent. Consacrer sa vie à son emploi enrichit l'entreprise. Les riches enrichissent leurs familles en faisant travailler l'argent pour elles. En guise de conclusion la propriété par les coût d'entretien et les taxes vient chercher de l'argent dans vos poches alors qu'un actif doit , à sons sens, rapporter de l'argent sans vous en coûter.

Ce n'est pas à l'école qu'on va vous l'enseigner. Force est pourtant de constater que nos élus sont surtout issus des corps des fonctionnaires, enseignants compris.

C'est dans la boîte aux lettres aussi que l'on sent la rentrée: ce matin, à la pesée: 820 grammes de publicité. Et en plus il faut payer pour recycler NOS déchets.