DEUX UNES DE CANARDS ET CHASSE AUX MIGRANTS

Les caprices d'une fenêtre n°10 a fait perdre du temps à de nombreux canetons, tandis que l'actualité ne prenait pas son temps. Les migrations sont décidemment un mal de notre temps.

Les migrateurs ont une stratégie pour chercher leur pitance. Les canetons en font partie, mais les canards aussi. C'est ainsi que l'on nomme son journal préféré, symbole de l'information neutre et de la liberté d'expression.

Là aussi le territoire change, avec les futures régions. La compétition est dure entre les espèces, avec leurs visions, leurs tensions et diverses pressions avec au bout, parfois, la pure disparition.

Avec le "copié-collé" on peut faire diversion et laisser croire à la saine compétition. En dessous bien souvent, tous les coups sont bons. Le coût, lui, sera supporté par les canetons. Ce sont deux unes d'un canard cherchant son évolution qui vous sont présentées, exposant des visions différentes au sein de notre future région: Une bigourdane, une catalane. 

unePJcatalan

UnePJ28082015

La une de l'édition catalane (de la mi-août) s'est attiré les foudres ut une plainte déposée pour discrimination de la communauté d'un quartier catalan. L'édition Bigourdane ne s'est pas spécialement attardée sur les difficultés à Lourdes du traditionnel pèlerinage des gitans. D'autres ont abordé le sujet sans se retrouver sur le bancs des accusés. Le droit de réponse est fait pour être utilisé. Le droit à parution est beaucoup plus compliqué quand l'article ne s'appelle pas "désiré."

Il faut le rappeler ou l'apprendre, l'édition du Tarn et Garonne a conduit à la garde à vue de la maire de MONTAUBAN, élue de le "Les Républicains", estimée favorisée par le directeur de la publication.

Ceux qui pensent qu'il y a dans notre région une presse Pro-PRG en seront pour leurs frais.

Le Petit Journal, dans ses diverses éditions départementales fonctionne grâce aux articles de ses correspondants et à priori ne sont pas censurés, sauf à en apporter la preuve contraire, vous pouvez librement vous y exprimer, dans les limites bien entendu de la diffamation, ce qui n'est pas pareil qu'un peu de provocation qui évite justement la soumission.

Un titre on le sait est fait pour "accrocher". La presse people ne se prive pas de couvertures à sensation et d'articles au contenu bidon. Elle se vend très bien, le potin était préféré au bottin, même mondain.

Il faut distinguer les canards bien pensants des canards médisants.   

Comment chasser les canards et stopper ces migrants ?

- Devant soi

- À la passée

- À la hutte (tonne ou gabion), selon les régions et les cantons

migrantgraisse

La dernière méthode est la plus prisée, les deux premières obligeant les chasseurs à faire des efforts. Voir sans être vu, chasser sans risque et dans le confort. Le gîte et le couvert assurés pour l'intersaison. Les migrateurs tentent de s'adapter, mais  en limitant les prélèvements et en agrandissant le territoire de chasse, en affinant les techniques et en renouvelant les appelants, il y aura toujours des solutions pour plumer les canetons.

Bien entendu il ne faut pas faire d'amalgame avec les migrants qui meurent chaque jour, noyés, asphyxié ou pris dans les barbelés.

Ce 30 août 2015, Philippe Douste- Blazy s'exprimait au micro de RTL. Sa solution est sans doute à prendre avec considération. Conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU, il rentrait de Lampedusa ou les corps sont repêchés par centaines.

Il appelle à un grand plan Marshall pour stopper racisme et xénophobie, ne voit pas la solution d'accueillir et de répartir en France où ailleurs plus de migrants qui fuient leur pays, la pauvreté, la corruption, la violence et les guerres civiles. Chaque être humain doit bénéficier des cinq biens publics mondiaux: nourriture, eau potable, santé, éducation et toilette. Il entend les voix populistes qui disent de les laisser chez eux et se noyer.

D'autres répondent aussitôt, qu'il ferait bien d'agir au lieu de blablater, et de retourner dans sa grotte et proposent d'autres solutions aussi concrètes. Et les diables, on en fait quoi ? On les remet dans leur boîte ?