mireconneries

Pour ceux qui s'inquiétaient de cette ...courte... absence, qu'ils se rassurent.

On pourrait chercher de multiples "raisons" à ce silence, quitte à croire avoir enfin trouvé "midi" à "quatorze heures".

Il n'en est rien. Le huis clos est peine perdu. C'est bon pour Jean-François Copé qui réunit aujourd'hui "ses amis" à l'abri des indiscrets. C'est lors de cette réunion type MInmalion que 150 personnes et quelques figurants et autres courtisans préparaient notre avenir à Chateaurenard. 

Pour les "CONNERIES", cela fait longtemps qu'il y a bousculade au portillon. En cas d'ennui, il suffit de puiser dans les réserves.

Clémenceau avait prévenu: "En devenant Président, on succède à un imbécile et on est remplacé par un incapable".

De Raffarinades ("Qui sème la division, récolte le socialisme) en Cohn-benditeries ("Pour moi , Europe - Écologie - Les - Verts, n'a plus d'avenir") la "bravitude" de Ségolène en laisse plus d'un sans voix. Roselyne avait bien vu: 'Ségolène n'est pas maladroite, elle est mal à gauche". Kouchner cherche toujours "un angle de tir pour la paix". A l'approche des régionales MAM en 2000 faisait déjà dans l'anticipation: "C'est en s'unissant que l'on trouve l'Union". SARKOZY avait raison : "je me fous des bretons (2007), dix connards en train de regarder une carte". Les Pauv' Cons ont pensé à celle des élections et on l'a vu, il a fait un carton. Il va falloir s'habituer maintenant aux "macronneries" qui s'accordent presque aux idées de ses "patrons", pendant que quatre étudiants de Sciences Po Paris qui en feront un jour prochain partie, veulent y ouvrir une antenne du "front national", comme existent déjà celles de "Les Républicains" et des "socialistes". Mais c'est loin d'être gagné, il vaudra d'abord voter "électroniquement" et réunir 120 canetons bleu marine dans la réserve bien gardée. 

Vous le voyez, tout va bien et on laissera le mot de la fin à Bernard Tapie:" POURQUOI ACHETER UN JOURNAL QUAND ON PEUT ACHETER UN JOURNALISTE ?"

La réponse est peut-être dans la conclusion: Windows 10 est lancé depuis le 29 juillet, à grand renfort de publicité. Longtemps reporté, il était enfin prêt. Ce sont les canetons qui en font les frais. La version lancée est largement bugée et le retour arrière pas toujours aisé et surtout pas aidé. Le meilleur espion jamais mis sur le marché ne s'est pas préoccupé de sa compatibilité avec les machines sur lesquelles il veut s'installer, retardant le travail des canetons.

Dans notre société "pucée" et sous traitée il faut investir dans des services délocalisés, sinon, qui va payer les indemnités de nos élus forts "dépités".

La COMPATIBILITÉ, on s'en fout. Il n'y a qu'une "cantine" à L'Assemblée. C'est cette "chambre" que "SANTINI" disait partager avec son voisin de fauteuil: "On y dort ensemble." 

Seule une chose compte, au yeux de nos élus: LEUR COMPTABILITÉ.

Il faut vite s'adapter, innover, suivre et inventer de nouvelles modes. La nouvelle est désormais d'apprendre ONZE langues en ONZE leçons. Il n'y a qu'à regarder les sous titrages des reportages télévisés, orthographe et grammaire écorchées et le fond "politiquement correct". Le mélange des langues avec le mélange des genres.

Comme un caneton l'a joliment "illustré" deux canetons discutent actualité. Il paraît dit le premier que "Dès la cinquième on va enseigner une seconde langue vivante à nos écoliers." "C'est bien ce que j'avais TRADUIT lui répond le second. Espérons pour Molière que ce soit le Français."