LA C.C.C.O. N'EST DEVENUE LA GRANDE STRUCTURE DE RENOMMÉE INTERNATIONALE QU'ELLE EST AUJOURD'HUI QUE GRÂCE À L'ABNÉGATION DE QUELQUES UNS. NÉE D'UN "BIG BANG" VOULU PAR SON VÉRITABLE CONCEPTEUR, MAL RECONNU, IL CONVIENT DE RÉTABLIR L'HISTOIRE QUI FAIT TREMBLER LE GRAND TARBES, SON PETIT COUSIN, LE DÉPARTEMENT ET MÊME LA FUTURE RÉGION. LES HISTORIENS NE POURRONT ÉVITER DE BIEN CONTER LE PASSAGE DU COMTÉ DE BIGORRE  AUX COMPTES DE LA COUR.

Au Début était le néant ou presque. Un simple Comté de Bigorre, propriété du Duché de Guyenne et Gascogne. C'était ce fameux "temps d'antan" vers l'an douze cents.

L'actuelle C.C.C.O. avait plusieurs entités judiciaires:

Le quarteron de Tarbes comprenait OSSUN, AZEREIX, JUILLAN, GARDÈRES et LUQUET. 

Le quarteron de Vic comprenait SÉRON

Les autres communes dépendaient du quarteron de Lourdes.

Aux moyen âge les seigneurs possédaient des baronnies ou des marquisats. La baronnie de Bénac, du nom de la famille qui l'a possédée plusieurs siècles durant, regroupait dix des dix sept communes du canton actuel: Averan, Barry, Bénac, Hibarette, Lanne, Layrisse, Loucrup, Louey,  Orincles et VIisker. Louis Croixs trois bâtons alias Louis XIII, en fît un Marquisat, par promotion interne. (À l'époque ce n'était pas le mérite et la démocratie qui étaient de mise, mais les nominations: C'est un peu comme la démocratie puisque c'est la méritocratie qui triomphe sans qu'on vous demande votre avis, dont on se fout royalement). Gardères était la seconde baronnie et Ossun et Azereix  faisaient partie du marquisat d'Ossun.

Bertrand Barère de Vieuzac, révolutionnaire notoire, trancha dans le vif et créa notre cher département une fois le roi raccourci, sans même peut-être soupçonner qu'il en sortirait une C.C.C.O. dont la destinée départementale du président serait contrariée par la canarderie cantonale formée et inchangée depuis 1921 par ses actuels 17 parcs à canetons.

C'est par suite de quelques erreurs bien involontaires que l'historien Ribot dans un écrit vain passa sous silence le rôle essentiel de LOUEY dans l'entrée du canton dans l'ère aéronautique moderne alors que le conseil municipal d'Azereix avait voté contre l'agrandissement des pistes de l'ex aéroport T.O.L qui priverait les agriculteurs de terres fertiles. Un brin décalé, il faisait la promotion du Président Maire Candidat pour être le premier représentant Départemental de notre Canton qui malgré une promotion et étiquetage favorable en bout de gondole, laissa la place à celui qu'il croyait encore seigneur du Marquisat, regrettant que Barry lui fasse allégeance. Cette fois, après sept autres fois, Azereix trancha.Son édile était trop occupée  et aurait pu s'user à une tâche trop compliquée pour être déléguée.

Les faits donnent raison à l'opinion. puisque à la commune comme au canton  l'affermage devient l'usage.

L'article 15 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen stipule: "La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration." Pour s'assurer que ce soit pas un vœux pieu, elle a créé la Cour des comptes , déclinée en chambres, régionales et territoriales.Midi-Pyrénées à la sienne, comme le Languedoc-Roussillon qui feront bientôt fusion pour garantir l'identité Occitane. 

Mais on l' a déjà constaté, les Hautes-Pyrénées ont quelque chose de particulier depuis la révolution. Sa justice est rendu pour sa plus grande partie dans le département et dans la région voisine, comme sa chambre interdépartementale des notaires. Par contre chacun à son aéroport. Un vol TARBES-PYRÉNÉES  vers  PAU-PYRÉNÉES doit pouvoir se faire en moins d'une journée même si pour bénéficier d'un LOW-COAST il faut partir de Blagnac. (Low-coast, c'est quoi-ça  demanderait Ferrat. "T'en mêle pas, c'est comme un vol normal , mais moins cher, conformément aux statuts. Et puis "Jo" le taxi c'est Vanessa Paradis qui la chante. Ils la passent en boucle au ministère de la culture.) .

A lire les rapports publics de la Chambre Régionale des comptes de Midi Pyrénées, l'article L. 1612-5 du CGCT, il se passe bien quelques petits "trucs" dans des communes des autres départements objets de contrôles budgétaires, mais les Hautes-Pyrénées semblent un modèle. Il faut reconnaître que cela a un coût, mais il vaut mieux s'adjoindre des compétences béarnaises pour que tout soit clair, au lieu de s'en remettre à des "locaux". L'intérêt de tous n'a pas de prix.

Maintenant que la boucle est bouclée et le maillot jaune attribué, ce n'est pas le moment d'écouter des cancans qui remettent en cause la 'transparence publique." Nos élus sont irréprochables et tellement précieux qu'on ne veut pas les "perdre de vue". Certes il peut y avoir quelques bugs informatiques (comme Jean-Pierre PERNAUT vient d'en faire l'expérience) ou autres "virus", mais les voies d'internet sont aussi diverses que celle du Seigneur sont impénétrables. Le fichier informatique du "SRM" de Froome circule à la vitesse de la lumière, dépassant l'équipe, son leader, ses soigneurs entaîneurs et autres sponsors. Si google venait à reprendre l'équipe europcar, le Tour va arriver la veille de son départ... le piratage des données du maillot jaune  contenues dans son SRM sous le pédalier nous rassure: On peut pédaler à 100 tours par minutes, passer de 19 à 31 km/h en quatre secondes, gardant un rythme cardiaque quasi stable  en développant une puissance de 1 208 Watts.

Les Watts, c'est bien, mais pour y voir clair ce sont les lumens qui comptent. Pensez-y quand vous vous mettez en selle pour acheter vos ampoules.

SI POULIDOR AVAIT SU CELA, IL N'AURAIT JAMAIS FINI SECOND. QUI SAIT, IL AURAIT MÊME PEUT-ÊTRE FINI ... DEVANT LE PREMIER. UNE HISTOIRE À MOURIR D' HENRI-RE.