LE TEMPS SE GÂTE

Et le temps, c'est de l'argent.

C'est pour cela que les réunions de crise doivent être organisées dans l'urgence. Un club de foot ou de rugby du canton est en difficulté. A peine la presse alertée une réunion urgente est organisée à une heure d'avion de là. Le coup vaut bien le coût.

Ces chipoteurs de canetons ne sont que de mauvais français , râleurs comme pas deux.

Aucun respect pour les  voyageurs des temps modernes. Pour des espèces "migratoires", ça la fout mal. Ils contestent même les dictons pendant que leurs élus mettent leur temps et leurs compétences à les servir, biens rôtis et soigneusement plumés.

La nature a toujours le dessus. "Travailleur à la saint Médard, Chômeur quarante jour plus tard" sauf si tu es élu par saint Barnabé qui augmente tes indemnités.

Et radins avec ça: 30% ne se font plus soigner nous assène t-on sans chercher plus loin. C'est au contraire normal: 30% ne se font plus soigner, parce qu'ils sont bien portants. Seuls 70% sont malades et se font soigner. c'est quand même pas un petit transport en VSL qui fera barrage à la solidarité. Des indécents qui ont cotisé une vingtaine d'années arrivent même à percevoir jusqu'à presque 600 € de pension d'invalidité, et tenez vous bien: ce n'est pas pour l'année... c'est chaque mois. De quoi abandonner un conseil familial pour se rendre à Berlin voir quatre ballons rentrés dans une cage.

Tout gosse des cités bien élevé devrait savoir cela au lieu d'apprendre à lire et à écrire et pratiquer une langue morte au détriment de la langue maternelle. Et puis ces vieux "patois" ne sont pas toujours bien compris et "PAX OMNIBUS" peut vite être traduit par "FEU AUX MINIBUS" si le prof n'a pas bien travaillé son accent.

LE CANTON D'OSSUN ENCORE À LA UNE... DU PETIT JOURNAL CETTE FOIS

C'est sans doute la loi des séries. On nous rebat les oreilles de nouvelles encourageantes, mais les faits le sont parfois moins.

Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, ni pire aveugle que celui qui ne veut entendre. Il y a des adeptes de la violence, qui la provoquent mais s'en défendent au motif de ne pas polémiquer, ce qui revient pour eux à dire et faire ce qui les arrange , mais exiger le silence dès que cela les dérange.

Et il y a les canetons qui ne cèdent pas aux provocations, mais en ont assez d'être manipulés et trompés. Enfin il y a des gens qui disent des vérités qui dérangent, mais qui sont bien réelles. Les paroles s'envolent, les écrits restent.

Tout bon kiosque mettra le titre bien en vue pour vous permettre de l'acheter si vous le souhaitez .

PJ1106

Selon les informations parvenues au caneton, les faits se situeraient dans une commune du Canton d'OSSUN  d'un peu plus de 1 000 habitants, mais des cas similaires doivent exister dans bien d'autres communes et d'autres familles. il ne serait pas juste d'attribuer la responsabilité de façon arbitraire. Sans doute est elle partagée et tellement diluée que personne n'est responsable. On peut seulement déplorer que l'empilement des structures bloque l'information. Nous sommes fichés, et surveillés comme jamais, mais tous les logiciels qui interconnectent les structures ne semblent fonctionner que lorsqu'il s'agit de facturer, d'encaisser, de contrôler, de taxer. Comme déjà plusieurs fois écrit, en cas de question, de demande de renseignements ou tout simplement d'accusé de réception et de réponse, au seul titre même de la politesse élémentaire de gens qui veulent les honneurs mais fuient les responsabilités, le silence radio est la règle. Au plus peut-on espérer être injuriés, calomniés, salis, en toute impunité pour des gens hors d'atteinte et de tout soupçon, tant la chute de l'un provoquerait celle d'autres. Alors un bon copinage entre gens qui parfois se détestent (ou le laissent penser) permet un partage du gâteau qui justifie l'omerta.  

MARION MARÉCHAL LE PEN TROMPE LES PETITES GENS.

Cette évidence à l'adresse des canetons ne saurait être mise en doute puisque les propos sont du meilleur supporter du BARÇA. Tromper les petites gens, c'est pas bien. On trompe tout le monde, ou on s'abstient (sauf de voter, bien sûr)

Pourquoi donner de l'importance à une "ancienne étudiante en droit" de la part d'un "ancien élève d'une communale" à un caneton qui n'est qu'un "ancien spermatozoïde ayant hasardeusement rencontré un ovule en mal de compagnie." Les autres ont fait la course pour rien. L'histoire ne connaîtra que les premiers et leurs durs combats qui eux, ne doivent rien au hasard.

LA CONVERSION, C'EST POSSIBLE...

Tout se convertit, c'est une question de tempo.

Le caneton laissera l'aspect religieux de côté pour aborder d'autres types de "conversions". Ainsi Napoléon après Waterloo, rêvait de devenir américain. Il refusa d'être remplacé par son frère aîné Joseph dont la ressemblance est proche de celle de deux gouttes d'eau. Il finira à Saint Hélène et le malin Joseph sous couvert d'un faux passeport (Pasqua n'était pas né, mais la pratique si) retourne en Amérique et achète une immense propriété en Philadelphie. Le commerce de Joseph, avec l'aide de la franc-maçonnerie fut prospère. Pourtant c'est Napoléon qui aura le privilège des statues à son nom.

Plus près de nous c'est Nicolas qui, tombé sous le charme américain, y laissera son ex épouse prouvant que "DEMAIN, TOUT DEVIENT POSSIBLE". Mais c'était déjà "hier" et WATERLOO, c'est pour bientôt.

Tout n'est pas perdu pour autant. Une conversion au PRG peut encore tout sauver. Un caneton aura toujours un cerveau de caneton et le Q.I. qui va avec.

Et puis avec ses faibles moyens, il va pas se payer une calculette pour convertir, comme certains l'ont fait,  les voyages en jets de nos supérieurs en frais de taxis, en nombre de cigares havanes, en pénalités d'impôts non déclarés par un secrétaire d' État du premier ministre , autres menus travaux de l'agriculteur GAYMARD ou des coûts d'une médiation en Martinique d'un secrétaire Coopérant en jet privé.

Tant qu'à y être pourquoi ne pas chercher combien cela ferait en nombre de gobelets plastique ré utilisables pour la CCCOssun, en hangars de stockage des comptes rendus communautaires, mises aux normes des salles fraichement rénovées, et autre frais de bouche. Autant faire nos poubelles...

Pour ce qui est de la reconversion du caneton "en chansons" l'air sera plagié illégalement peut-être en cas de recours des ayant-droits sur celui de "Ah le petit vin blanc, qu'on boit...etc.) mais rien n'est définitif et les paroles en cours de rédaction...