ORANGE ATTENDRA...LES CANETONS D'ABORD

Orange attendra ... Comme il sait faire attendre ses clients, sauf pour passer à la caisse... On reviendra plus tard sur des pratiques plus que douteuses de l'opérateur avec des cas très précis qui montrent le sens du service dont certains ce foutent comme BLATTER s'en foot. Leur reconversion en politique leur assurerait une carrière "juteuse".

L'actualité locale prime avec les dernières nouvelles venues du front.

En premier lieu c'est le sort de Gérard TRÉMÈGE, maire de de la capitale bigourdane qui interpelle (osons le mot). Et si l'on débouchait sur une bouteille de "Pschitt" ? issue de la justesse d'une instruction orientée comme la girouette l'est par le vent,  et d'un remue-méninges déplacé, avec des humiliations en marge de la loi ?.

Sur le plan du conseil départemental, la déclaration de José MARTHE et Adeline AYELA , (passée sous silence alors qu'elle est élue au même titre que son aîné et en parfait accord avec lui) suscite d'immanquables mais nécessaires "explications" de l'opposition constructive.

Les canetons ont rejeté l'adhésion au PRG en renvoyant dans leur chaumière des élus préfabriqués, garantis et labellisés "Pélieu". De quoi laisser un peu de temps libre au leader du canton d'Ossun qui pourra se rendre en formation à Vic-en-Bigorre qui vient de faire appel à une brigade en charge de faire de la cité "Une ville sans virus". La même brigade à AZEREIX, associée à la brigade des écraseurs et celle des tueurs à gage seront un gage d'avenir empreint de la sérénité nécessaire à l'exercice de la souveraineté. 

Et voici que le président contesté se révèle l'homme de l'avenir qui fera demain ce qu'il n'a pas fait par le passé.

Mais le terrain parle et les canetons "cancanent". Les propos sont divers mais finalement assez convergents. La composition de certains binômes en intrigue plus d'un, tant la parité obligatoire contraste avec une mixité politique moins acceptée.

Alors que Gilles CRASPAY voit son ralliement au PRG comme un signe "d'esprit constructif", il limite aux deux lourdais les votes blancs alors que David LARRAZABAL a lui décidé de rester cohérent avec le mandat confié par ses électeurs. D'autres concluent que le président sûr d'être réélu n'a pas poussé son humilité jusqu'à ne pas s'auto plébisciter, tentant le coup du "carton plein", sans succès et le 100% jamais égalé de son outsider sur Ossun, toujours 100%, mais 100% battu cette fois.

Plus complexe encore, l'absence de candidats face aux binômes du PRG sur la première circonscription, terre de Gilles CRASPAY, est vue par d'autres comme la chronique d'une volonté de ce dernier à préparer le terrain pour des ambitions personnelles. L'auto-investiture du maire de Bagnères de Bigorre comme candidat UDI-UMP-PRG-PS-MODEM n'en serait qu'un signe de confirmation. Sur la deuxième circonscription, Frédéric CIEUTAT à tenu à trouver des binômes UMP/UDI sur chaque canton et comme l'avait écrit le caneton dans la présentation de son binôme, son manque de soutien n'a pas été sans conséquence. Sa réunion préparatoire pré-électorale à Juillan s'est déroulée sans aucun membre responsable du parti dont il défendait les couleurs. Le seul "présent" était un certain José MARTHE qui déjà prédisait un futur assez réaliste du résultat qui s'est produit et de la reconstruction nécessaire d'une droite départementale solide. Sa prophétie hélas s'est révélée exacte une fois la messe dite.

Et dire que l'ont s'est privé du binôme providentiel qui nous aurait évité une photo réduite à quatre, des huit opposants 'théoriques".   

Dur, dur, de ne pas être ... PRG. 

Cela n'empêche pas DSK de participer à la TEDxCEWomen, conférence...sur les femmes mais en émettant la volonté de ne pas être pris en photo sur les lieux. iI ne savait sans doute pas quelle posture adopter. Sans aucun rapport avec cela, JUPPÉ gagnera les primaires des républicains (S'ils le sont toujours), sous les...applaudissements des maîtres siffleurs d'hier. SARKOZY n'aura pas l'occasion de mettre en pratique ses promesses concernant François BAYROU, que rapportent le canard enchaîné "Le bègue , je vais le crever" Après, il faudra l' écraser ?

J'ai même trouvé un caneton pour dire que François BAYROU serait réhabilité dans des hautes fonctions, tout comme un certain...Philippe DOUSTE BLAZY.

Et pourquoi pas aussi imaginer que le tout puissant président de la CCCO perdrait sa place et celle de sa mairie, comme un simple BLATTER. 

Le parcours du combattu en quatre étapes:

1) Abattre Gérard TRÉMÈGE

2) S'allier avec le diable

3) Partir à la chasse

4)...PERDRE SA PLACE.