QUOI DE NEUF DOCTEUR EN CE 31 MARS 2015.

Bonne pioche: justement, les médecins sont en grève. Toujours embêtant pour les malades, mais c'est suffisamment rare pour comprendre qu'ils doivent avoir de sérieuses raisons.

D'autres nous ont habitué à des grèves plus "prévisibles" et "régulières", comme les préavis de grève à l'approche du travail... comme les épidémies de "palombite" et autres...

LE TROISIÈME TOUR semble joué en faveur de Pélieu. Voter FAVARO-RICAUD c'est voter Pélieu. Il faudrait peut-être revoir un peu la communication et ses supports aussi. Une étiquette toute neuve sur un produit périmé ne le rend pas pour autant consommable. On peut tromper une Commune, mais un canton c'est plus difficile.

LE BAROMÈTRE DES MAIRES nous apprend que Robert ASTUGUEVIEILLE fait un 277 à 42 chez lui à Bénac, quand Christian Ricaud double à peine son rival sur ses terres d'Azereix (331à 160). La confusion des prénoms doit venir pour le premier par l'habitude d'associer le vainqueur de Juillan au prénom de Robert. Elle ne doit pas venir de la campagne active que Robert Vignes a mené sur Juillan en faveur de Michel Ricaud dont l'omniprésence au sein du PRG fait que son nom est aussi connu que son prénom:  Alain pour le patrimoine, Christian maintenant et Michel pour l'état civil. Le cumul des prénoms à défaut de celui des mandats. Les amis de Georges ASTUGUEVIEILLE auront rectifié eux mêmes en renvoyant aux vestiaires l'ex futur successeur de Robert.

Côté chiffres, le caneton précise que RICAUD  lors des municipales il y a un an à peine, avait réuni 410 électeurs, soit 49,9% des inscrits seulement. Un an plus tard, il s'écroule dans son fief pour chuter à 331 électeurs et seulement 39% des inscrits. 79 voix perdues chez lui.

A BÉNAC, Georges ASTUGUEVIEILLE aux municipales avait réunis 263 électeurs, soit 61.59% des inscrits et aux départementales il progresse pour réunir 63,83% des inscrits.


ASTUGUEVIEILLE et VILLEGAS DÉCOLLENT peut-on lire par ailleurs.

Sur le terrain les canetons ont prévenu. Leur problème est autre, plus concret. Ce n'est pas un "QUITUS" qu'ils ont donné au binôme choisi. C'est une mission qu'ils leur ont confiée et ils attendent du concret. L'expérience et les compétences y sont. Le travail  et la présence doivent suivre. Les électeurs prennent date: aujourd'hui ils décollent, ils ne souhaitent pas que demain ils déconnent...

Les attaques répétées mais non justifiées dirigées principalement contre Catherine VILLEGAS par Monsieur Pélieu  lui même laisse à penser qu'il aurait préféré des élus plus soumis et plus "malléables". Ils pensait imposer sa marque de fabrique, c'est raté...

José MARTHE, même seul, n'a pas cédé au chant des sirènes et voit aujourd'hui ses efforts une nouvelle fois récompensés, pulvérisant le record de longévité de l'histoire du département. Comme l'avait dit le caneton il sera moins seul jeudi.

Que choisira notre binôme ? Réponse jeudi 2 avril et n'oubliez pas que demain c'est le jour du poisson d'avril.

L'ANALYSE DU RÉSULTAT DU SCRUTIN PAR Michel RICAUD

Hubert PEYOU en 1992, le 29 mars aussi, avait perdu grâce au travail sur le terrain d'équipes motivées. Pour simplifier les choses et ne pas admettre son tour de trop, il cria à la trahison et se mit en marge du MRG devenu PRG. Le Radicalisme de Gauche restait mais le M de mouvement était remplacé par le P de parti (Le mouvement, ça laisse trop de liberté. un Partisan est mieux asservi.)

En 2015 Michel RICAUD qui s'est toujours déclaré "apolitique" et a toujours dit qu'il ne donnerait jamais sa signature à un candidat à la Présidentielle, sans étiquette en 2014 déclare "je pensais que le canton resterait à gauche"

Décodez bien le message: Il n'a jamais dit qu'il était de gauche. Il pensait que le canton resterait de gauche, d'où son adhésion soudaine au PRG, mettant son conseil municipal dans sa barquette à la dérive. 100% PRG comme les électeurs, mais...à l'insu de leur plein gré.

Bien sur il a été excellent, omniprésent, aimable avec tous, souriant etc...etc...

Hier encore il affirmait avoir été victime d'une campagne de dénigrement sur internet. Que ne l'a t-il dit plus tôt. Aujourd'hui il est victime d'une campagne de dénigrement. Ce n'est plus sur internet cette fois. C'est sur le terrain ? Au sein de son conseil ? Et si c'était à Averan ou à Barry ? A Juillan peut-être où son "parrain" n'aurait pas joué pour lui de peur qu'il soit élu avec un score plus ample et établisse un nouveau record ? Il ne va pas tarder à donner des précisions et habitué à "ester" en Justice il sait que le dénigrement est condamnable. Bien sur les procès, il les perd, mais à Azereix, qui perd gagne. Et cela ne coûte rien aux contribuables, sauf les assurances qu'il souscrit pour l'assistance juridique et les condamnations qui ne sont pas prises en charge par l'assureur.

Sauf que là, c'est pas dans le cadre de ses fonctions et il faudra prendre sur sa cagnotte personnelle. Mais quand même, " l'enjeu" en vaut la chandelle.

Perdre à la régulière, c'est déjà dur mais être dénigré par 2.766 électeurs, c'est hors de question.

J'allais oublier: le caneton cherche des kleenex (dans leur emballage) pour un faire un don. Si vous pouvez faire un geste contactez le caneton qui vous indiquera le lieu de collecte. Vous ferez aussi un geste écologique en payant pour la collecte de tous les tracts électoraux reçus qui seront recyclés. (A mettre dans le bac jaune bien entendu).